Visite du commissariat d’Albi, le vendredi 15 juin 2018

Dans le cadre du projet Erasmus « Les conduites à risques : un fléau à combattre ! », les 2 classes de 5ème SEGPA du collège Bellevue ont visité le commissariat d’Albi le vendredi 15 juin 2018.

commisssariat

 

Les élèves et leurs enseignants ont été accueillis par Mme F., Commandant de la direction départementale de la sécurité publique du Tarn et chef départemental des stages et de la formation, le brigadier-chef E. et par le major  A., un policier formateur antidrogue et responsable enquêtes.

L’accueil des élèves s’est déroulé en deux temps.

D’abord, les élèves ont visité les locaux du commissariat : la salle d’information et de Commandement avec tous les écrans de vidéo surveillance du commissariat et de la ville, la salle de sport, les cellules de garde à vue, les bureaux des différents services, les parkings avec les différents véhicules (sérigraphiés et civils).

Dans les véhicules de police, il y a une sirène moins forte pour la nuit et une plus forte pour le jour.

Le commissariat est le seul lieu avec les urgences de l’hôpital qui est ouvert 24 h / 24, 365 jours par an.

Les élèves ont rencontré différents policiers : les motards, les enquêteurs, les formateurs, le Commandant.  Ils ont également vu les différents équipements des policiers : gilets pare-balles, radio, différentes armes (matraque, tonfa, pistolet, pistolet à impulsion électrique)

photo_commissariat

Ensuite, les élèves ont participé à un échange avec le major A. où ils ont posé toutes les questions qu’ils avaient préparées en classe sur le métier de policier, sur les drogues et sur tous les autres produits addictifs licites et illicites.

Le policier a expliqué la définition d’une drogue. Trois critères font d’un produit une drogue :

– le produit est soit naturel, soit de synthèse

– le produit provoque des effets sur le corps et le cerveau

– le produit crée une addiction

Les consommateurs de drogues devraient être conscients qu’il y a des effets recherchés (planer, avoir la pêche…) et des effets réels qui ne sont pas forcément les mêmes. En effet, les drogues produisent des effets différents sur le corps : soit elles excitent le cœur, soit elles le ralentissent, soit elles provoquent des hallucinations.

Il n’y a pas de drogues « douces » et drogues « dures ». Toutes les drogues sont dures et néfastes pour le cerveau.

Actuellement, en France, la drogue qui tue le plus est l’alcool : 80 000 morts par an liés aux maladies dues à l’alcool (notamment des maladies du foie, des cirrhoses, des hépatites, des cancers)

Au deuxième rang, se place le tabac, 50 000 morts par an causées par des cancers liés au tabac (cancer de la bouche, de l’œsophage, des poumons). Dans une cigarette, en plus du tabac, les fabricants ajoutent d’autres produits comme du goudron, de l’ammoniaque, de l’acétone…

Ces deux drogues ne sont pas illégales en France mais elles sont de plus en plus réglementées.

Depuis la loi Evin de 1991, il est interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, la vente de tabac aux mineurs est interdite depuis 2003. La vente d’alcool est aussi interdite aux mineurs depuis la loi de 2009.

Le Major A. a décrit les effets du cannabis sur le cerveau et notamment sur le cerveau des  adolescents. Le cannabis détruit les neurones et cela est irréversible. Cela est d’autant plus inquiétant que pendant l’adolescence, les neurones sont encore en pleine construction.

De plus, il a été prouvé scientifiquement que plus la consommation de cannabis se fait jeune plus le risque de développer une schizophrénie est élevé.

D’après les statistiques, 25 % des morts sur la route sont liés au cannabis, et souvent ce n’est pas le fumeur de cannabis la victime mais il est le responsable des accidents.

Le Major A. a décrit le fonctionnement d’une chicha et d’une cigarette électronique, leurs fonctionnements sont quasiment similaires : lorsque le charbon brûle, cela produit une vapeur brûlante, le produit se fixe sur la vapeur d’eau et cette vapeur d’eau est inhalée par le consommateur. A cause de cette vapeur brûlante, le produit se fixe encore plus profondément dans les alvéoles des poumons qu’avec une cigarette. Une chicha correspond à environ 80 cigarettes.

Au moment de l’arrêt de la consommation d’un produit, le sevrage physique est possible au bout de 9 jours (le corps peut se passer du produit) mais le plus difficile est le sevrage psychologique (il est très difficile de changer ses habitudes, ses gestes…)

Le but de toutes ces informations est de faire de la prévention et ainsi d’éviter que les jeunes commencent à consommer des produits stupéfiants.

Mais lorsque la consommation est avérée, le consommateur encourt des sanctions. Celles-ci ont été détaillées par le major A.

Lorsqu’un usager de stupéfiants est interpellé, des mesures d’aide peuvent lui être proposées pour arrêter de consommer (stage en addictologie, rendez vous chez un psychologue). Cela dépend bien-sûr de la quantité qu’il a sur lui, s’il a déjà été interpellé ou non…

Lorsqu’il s’avère que c’est un consommateur régulier, il passe en jugement et encourt jusqu’à 1 an de prison.

Si quelqu’un est interpellé pour trafic de stupéfiants, il encourt de 10 à 20 ans de prison.

Tous les stupéfiants trouvés lors d’une perquisition sont mis sous scellés pour servir de preuves lors du jugement ou bien ils sont directement détruits.

Cette visite et ces échanges « en direct » avec les policiers ont été des actions de prévention très intéressantes pour les élèves et les professeurs. En effet, ils ont été sensibilisés aux risques de tous ces produits addictifs par ces policiers qui côtoient quotidiennement des victimes et/ou des consommateurs de ces produits et qui en observent les effets néfastes.

Merci à tous les policiers qui les ont si bien accueillis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s